Insolite halte à Jarny pour le pèlerin à vélo

Gérard Meurant a foi en ses ressources physiques. Ce Sierckois, parti pour rejoindre Saint-Jacques-de-Compostelle à vélo, a observé une halte amicale à Jarny. Ambiance.gerard_jarny

Gérard Meurant, ancien sociétaire de la section cycliste de l’Union sportive du Jarnisy, est parti pour une sacrée aventure, dans tous les sens du terme. Il a décidé en effet de se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle à vélo. Il poursuivra même son périple jusqu’à Lisbonne, soit 2 500 kilomètres qu’il compte effectuer en 7 semaines à raison de 80 km par jour et 6 jours par semaines.

Mais pourquoi ce défi ? « C’est une sorte de retraite spirituelle, j’ai perdu beaucoup de gens que j’aimais sans avoir suffisamment manifester ce sentiment d’amour. Ce voyage en solitaire va me permettre de me ressourcer et de penser à eux », justifie cet homme de 69 ans, qui avoue être croyant mais pas pratiquant. En souvenir de ses chers disparus, c’est d’ailleurs avec un vélo des années 50 ayant appartenu à son oncle qu’il fait le périple.

Le deux-roues avait besoin d’un sérieux coup de neuf cependant. Jean-Paul Pierron, le président des cyclistes jarnysiens et spécialiste en la matière, s’est chargé de remettre en état cette vieille bicyclette afin de supporter la distance. Gérard, qui habite à Sierck-les-Bains, a choisi de partir de la basilique de Constantin de Trêve, un premier symbole.

Mardi dernier au matin, le Mosellan a fait une courte halte à Jarny, chez son ami et ancien coéquipier Claude Stawowski. Un arrêt au stand où il a fallu régler quelques petits problèmes techniques concernant le levier de vitesse, une valve et l’équilibrage des bagages. Jean-Paul, par l’intermédiaire de Cédric Bourhoven, un autre ami cycliste du pèlerin, a fait le nécessaire.

Au départ de Jarny, Claude et Cédric ont d’ailleurs accompagné un bout de chemin Gérard, lesté d’une quinzaine de kilos, le minimum. Mais le Sierckois poursuivra ensuite sa route seul en empruntant le chemin des pèlerins.

Sur ce parcours déjà décrit dans le Codex Calixtinus au XIIe siècle, il fera inévitablement des rencontres et notamment à partir de la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay, haut lieu spirituel. « Nous sommes repérables avec la symbolique coquille Saint-Jacques, et il m’arrivera sans doute de faire quelques kilomètres en compagnie d’autres pèlerins. Mais je veux surtout rouler seul pour méditer et garder ma liberté de visiter. Nous nous retrouverons dans les gîtes ou maisons d’hôtes grâce à la Crédential du pèlerin, indispensable passeport qui permet de trouver un refuge sur notre chemin » , explique le fidèle.

Dernier grand point de ralliement français pour ces chrétiens en recherche de spiritualité, Saint-Jean-Pied-de-Port dans les Pyrénées-Atlantiques. À partir de là, Gérard empruntera l’historique Camino Francès jalonné d’art religieux avant de fondre sur la Galice et Saint-Jacques-de-Compostelle.

On sera le 24 juillet, le pèlerin de Sierck participera aux grandioses festivités en l’honneur de Saint-Jacques le lendemain. Après, il sera temps pour Gérard d’enfourcher à nouveau sa bicyclette pour se rendre à Lisbonne, soit encore 600 km avant de reprendre l’avion pour Luxembourg et de rejoindre Sierck-les-Bains. Là, il pourra enfin conter sa folle épopée qui a pour devise : « Aimons-nous vivants » !

Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.